Architecture métallique

L’histoire de Architecture métallique

Le métal à commencé à être utilisé dans l’architecture métallique et le génie civil à la fin du XV ème siècle et son expansion est en parallèle à l’essor de la révolution industrielle qui conditionne bien évidement la production et le marché du fer et de la fonte. Beaucoup  plus rapide en Angleterre que dans le reste de l’Europe, et surtout ralenti par les guerres napoléoniennes.

Le métal  est d’abord utilisé en renfort des structures en pierre, par exemple par Jacques-Germain Soufflot pour la construction du Panthéon de Paris, puis pour les ponts en Angleterre, pour les charpentes (premier exemple, la reconstruction de la coupole de la halle au blé à Paris par François-Joseph Bélanger), les planchers, les halles, les gares, les passages couverts, les grands pavillons des expositions universelles, tous bâtiments de transit ou transitoires, mais, pour des raisons culturelles, son utilisation en façade est extrêmement rare dans les villes européennes, le métal ne s’y montrant pas, à l’exemple de la verrière du Grand Palais qui sera cachée derrière une façade en pierre sans rôle structurel.

architecture métallique

Grand palais Paris

Les premiers bâtiments avec des façades en fonte, après quelques exemples isolés en Grande-Bretagne, sont donc construits aux États-Unis vers 1850, d’abord par James Bogardus à New York. Puis c’est à Chicago que seront mis au point par William Le Baron Jenney les constructions à ossature en acier permettant les premiers gratte-ciel (première école de Chicago) En Europe, l’art nouveau tentera au tournant du siècle une utilisation plus visible du fer et de la fonte, mais l’essor parallèle du béton armé (mise au point des poutres en béton armé, notamment par le procédé Hennebique pour l’immeuble 1, rue Danton à Paris en 1894) interrompra ces tentatives. Aux États-Unis, où la tradition de la construction d’architecture métallique s’est irréversiblement imposée à la place du béton, le progrès sera continu et amènera à la réalisation des tours en acier et en verre du style international après l’arrivée des architectes du Bauhaus chassés d’Allemagne par les nazis (notamment Ludwig Mies van der Rohe à Chicago — seconde école de Chicago).

Les progrès continus dans l’utilisation architecturale des métaux permettront jusqu’à nos jours des renouveaux stylistiques et technologiques. Les Architectes après s’être sentis dépassés par la technologie et la situation de standardisation du bâtiment, la ré aborderont dans les années 1970, avec particulier pour le métal le courant architectural High-Tech : Jean Prouvé, Renzo Piano, Richard Rogers, Norman Foster. À cette époque l’espace prend forme avec des structures géodésiques et tridimensionnelles sur des formes développables et aussi non développables (architecture métallique cubique ou bien architecture boule, « coquille d’œuf » hippie, selle de cheval), déjà connues avec le béton banché du début du siècle qui est devenu béton projetable sur armatures.

dome

Puis le métal permettra l’apparition des formes complexes de l’architecture déconstructiviste (où on se sert positivement de ce qui était défaut dans le constructivisme par exemple hyperstatique de la structure) ou l’architecture molle du xxie siècle où le beau est organique, donc sans angle droit, ni dans la vue de l’extérieur ni dans celle de l’intérieur, une conception qui peut-être rappelle la feuille d’acanthe de la colonne corinthienne et les végétaux figés de l’Art Nouveau. La création des formes s’appuie maintenant non plus sur les valeurs esthétiques traditionnelles, formes canoniques, mais sur la demande d’un beau nouveau utilisant la conception assistée par ordinateur, les progrès de fabrication du métal et ceux du calcul de ses mises en structure porteuse. L’informatique est devenue nécessaire au fonctionnement du bâtiment moderne en place qui subit ses contraintes d’environnement (dilation déformante, effets du vent, effets du sol, éclairage et température internes, etc.) et met l’Homme totalement à l’abri des quatre éléments.